Ma pratique du tir à l’arc instinctif

Cela fait maintenant 10 ans que je pratique ce sport qui est avant tout pour moi un loisir.

L’idée dans ce sport est de revenir aux sources, un arc en bois, des flèches en bois, pas de viseur, pas de stabilisateur, il faut s’entrainer longtemps pour arriver à jauger les distances.

Que ce soit sur la cible ou en mode chasse que je pratique peu, c’est un régal d’être dans la nature tout en pratiquant un sport de précision.

Tirer sur la corde, jauger l’angle vertical en fonction de la distance de manière instinctive provoque une profonde satisfaction lorsqu’on arrive à une certaine régularité.

C’est vraiment comme le pratiquaient nos ancêtres il y a plusieurs milliers d’années jusqu’au moyen-âge, l’âge d’or du tir à l’arc en Europe.

Le tir a l'arc

Le tir nature c’est faire parti d’un tout

Avec une bonne bande d’archers qui deviennent rapidement des amis, rien de tel que de parcourir des sous-bois pas trop denses bien sûr, afin de se faire un parcours où l’on peut tirer sur plusieurs distances plus ou moins courte ou longue.

Un peu moins sympa lorsque vient la période de froid, car tirer à l’arc avec une couche de vêtements trop épaisse n’est vraiment pas pratique du tout.

Les jours de beau temps se fondent, rares, la pluie et l’humidité sont les ennemis de l’archer, surtout de la corde mais aussi de l’arc s’il est en bois.

Je ne fabrique pas mes arcs car cela demande vraiment du matériel, un savoir-faire et du temps.

Cela reste un loisir où on oublie vite les soucis du quotidien.

Laisser un commentaire